Vivre le confinement comme une grâce possible

La situation que traversent la France et une bonne partie du monde est évidemment déconcertante. La décision de recourir au confinement pour ralentir la propagation du virus Covid-19 peut nous déstabiliser en profondeur : comment faire pour vivre enfermé chez soi ? Non pas seulement 24 heures mais 2 semaines et probablement plus ?

Le vrai enjeu de la clôture

Ici, la tradition spirituelle du Carmel vient à notre rescousse ! A travers le moyen de la clôture monastique, elle pourrait nous aider à vivre cette crise non pas seulement comme un problème mais comme une chance, comme une grâce étonnante à recevoir. Au XVIème siècle, sainte Thérèse d’Avila fonde son premier monastère de carmélites déchaussées dans une stricte clôture. Pourquoi ? Afin de créer un espace de liberté protégé des intrusions extérieures dans le but de mener une vie centrée sur la présence de Dieu. C’est cela le Carmel : vivre l’intensité de la présence divine … dans un espace réduit. Nous voilà condamnés pendant cette période de confinement à vivre malgré nous la vie des moniales carmélites … Autant le faire avec intelligence !

Habiter un espace limité

Évidemment, cela n’est pas évident et cela s’apprend, surtout quand on ne l’a pas choisi, à la différence des moniales. Il faut du temps pour habiter cet espace limité. De plus, nous ne sommes pas égaux dans nos confinements selon nos situations (appartement, maison, isolement ou en famille, etc.). Cependant sainte Thérèse peut nous aider dans ses écrits en nous montrant l’importance du recueillement : choisir de se tourner vers l’intérieur de nous-même ; y découvrir la présence de Dieu cachée dans notre cœur ; faire l’expérience que là où nous sommes, nous pouvons vivre avec Dieu. Dieu se trouve même au milieu des marmites témoigne la Madre !Tout l’enjeu est d’accepter d’apprivoiser notre intériorité. Cela se fera différemment selon que l’on vit seul ou dans une maison agitée mais pour chacun, un chemin est possible !

Alors essayons de faire de cette contrainte du confinement l’occasion d’une croissance dans le recueillement. Nous sortirons grandis de cette épreuve.

Des ressources pour dilater l’espace intérieur

Voici plusieurs pistes de matériel pour vous aider à nourrir cette période de confinement :

Devant Dieu pour tous

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (Edith Stein, 1891-1942) écrivait dans une lettre : « Celui qui entre au Carmel n’est pas perdu pour les siens, car c’est notre vocation de nous tenir devant Dieu pour tous. » En ces temps rudes où les baptisés sont privés de l’accès à l’eucharistie, croyez qu’au Carmel, frères, sœurs et laïcs du Carmel, nous vivons avec une particulière intensité notre mission contemplative d’intercession pour le monde. Chaque jour devant le Seigneur, nous présentons vos intentions et demandons au Seigneur la force pour traverser cette épreuve collective. Nous confions en particulier les malades, les personnes isolées et les soignants. « Le monde est en feu, ce n’est pas le moment de parler à Dieu de sujets de peu d’importance ! » affirmait sainte Thérèse d’Avila quand l’Europe commençait à être déchirée par les Guerres de Religion. Nous actualisons ce cri. Que ce temps de confinement nous donne la grâce de nous rapprocher de Dieu et de mieux aimer notre prochain. En communion avec vous !

Les frères carmes déchaux de la Province de Paris

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.