Profession solennelle de fr. Nicolas-Joseph le 29/09

« Trop est avare à qui Dieu ne suffit. »
Bienheureuse Marie de l’Incarnation

Le samedi 29 septembre 2018, frère Nicolas-Joseph du Cœur Immaculé de Marie a fait sa profession solennelle en l’église Saint-Joseph-des-Carmes.


Homélie de la profession solennelle, par frère Olivier-Marie :

« Avant de prendre la plume, je me suis agenouillée devant la statue de Marie ; je l’ai suppliée de guider ma main afin que je ne trace pas une seule ligne qui ne lui soit agréable. Ensuite, ouvrant le Saint Évangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : « Jésus étant monté sur une montagne, il appela à Lui ceux qu’il lui plut ; et ils vinrent à Lui. » (Mc 3,13). Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystère des privilèges de Jésus sur mon âme … Il n’appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu’il lui plaît ou comme le dit Saint Paul : « Dieu a pitié de qui Il veut et Il fait miséricorde à qui Il veut faire miséricorde. Ce n’est donc pas l’ouvrage de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. » (Rm 10,15s) (Ms A 2r°)

Fr. Nicolas-Joseph du Cœur Immaculé de Marie, cette parole évangélique qui a illuminé la vie de Thérèse de l’Enfant Jésus, éclaire aussi ta consécration à Dieu dans l’Ordre du Carmel. Tu as rencontré Thérèse très vite après ta conversion au Christ en l’église Saint Gervais. C’était à Notre-Dame des Victoires il y a huit ans. Si tu peux vivre cet engagement aujourd’hui, c’est que, durant ces huit années, tu as fait l’expérience avec Thérèse des miséricordes du Seigneur. Le Christ s’est révélé à toi, alors que ta vie avait été jusque-là étrangère à Dieu. Avec le Prophète Isaïe, tu peux reconnaître que le Seigneur t’a choisi. Parce que c’est son choix à lui avant d’être le tien, tu peux lui dire OUI avec confiance. Il est fidèle à sa Parole. Sa grâce ne te fera jamais défaut et sera source de fécondité : « Sois sans crainte, Jacob mon serviteur, Israël que j’ai choisi. Je répandrai l’eau sur ce qui est assoiffé, des ruisseaux sur la terre desséchée. Je répandrai mon esprit sur ta postérité, ma bénédiction sur tes descendants. » Par les vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, tu vas signifier ton désir de vivre pour Dieu à la suite de Jésus chaste, pauvre et obéissant. La profession solennelle est avant tout un acte de confiance en la grâce de Dieu, une ouverture du cœur à son amour inconditionnellement offert. Ainsi pourras-tu vivre au quotidien le détachement dans l’usage des biens, le respect dans l’accueil de l’autre et la disponibilité dans le service pour grandir jour après jour dans cette appartenance au Seigneur Jésus.

Sur ce chemin, Marie te précède et t’accompagne. Tu as été saisi par le mystère de son Cœur Immaculé consacré à l’écoute de la Parole de Dieu, cette Parole conçue en son sein à l’annonce de l’Ange et dont elle a reçu le dernier souffle à la Croix. Marie, modèle du cœur qui écoute, accueille dans la foi la mission que Jésus lui confie avant de mourir : être la mère du disciple bien-aimé. Témoin de la mort du Fils, elle écoute jusqu’au bout la Parole de la Croix qui se grave en son Cœur : Jésus crie à Dieu sa soif du salut de tous les hommes avant de remettre librement son Esprit au Père dans un geste d’ultime abandon. Le prophète Elie avait fait l’expérience de Dieu à l’écoute d’une brise légère et non pas dans l’ouragan, le tremblement de terre ou le feu. De même Marie rencontre-t-elle Dieu dans la foi, non pas à travers le déferlement de la violence, l’écartèlement de la Croix ou le cri brûlant de soif, mais par ce Souffle que le Fils remet à Dieu dans un silence, qui transcende la mort. L’Esprit lui donne ainsi d’accueillir la Parole de la Croix comme l’accomplissement du mystère : « Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » (Jn 1,14)

A présent, celle qui a conçu en son sein par la foi le Verbe de Dieu, conçoit en son cœur par la foi l’Eglise née de la mort de Jésus et du don de l’Esprit : « Femme, voici ton fils. » Après avoir acquiescé autrefois à la Parole transmise par l’Ange Gabriel, elle accueille maintenant la mission que lui confie celui qui est la Parole de Dieu : elle est appelée à exercer une maternité spirituelle en enfantant dans la foi les disciples de son Fils. Elle se tient pour cela à la source de l’Amour tandis que le Verbe de Dieu achève son Incarnation en notre chair mortelle. Ainsi Marie devient-elle la mère de tout disciple à l’écoute de la Parole « vivante, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants » (He 4,12a), qui transperce son Cœur. L’Esprit lui donne de discerner dans l’anéantissement de la Croix la Révélation de l’Amour. Elle accède ainsi la première à la foi de l’Eglise en la Vie plus forte que la mort, en l’Amour victorieux de la haine, en la Miséricorde consumant tout péché. La Parole de la Croix gravée en son Cœur par le Souffle silencieux du Fils abandonné au Père, elle peut poser à nouveau un acte de confiance absolue et de disponibilité sans réserve à un avenir plus que jamais inconcevable. Au pied de la Croix, le Cœur de Marie devient alors pour tout disciple de Jésus la demeure du OUI à la volonté du Père sous l’action de l’Esprit Saint. Désormais, le Verbe fait chair demeure vivant en son Cœur transpercé par cette mort d’amour. Par lui, avec lui et en lui, elle accueille tout disciple dans la lumière de cette Parole : « Femme, voici ton fils ». Ainsi, le disciple bien-aimé, ayant pris chez lui Marie dès cette heure même, entre à sa suite dans le mystère de la foi en témoignant du sang et de l’eau qui s’écoulent du côté transpercé de Jésus.

Frère Nicolas-Joseph du Cœur Immaculé de Marie, conformément à la mission du Carmel, tu es appelé à contempler avec Marie cet Amour, qui se révèle à la Croix pour le salut du monde. Tu peux pour cela lui confier aujourd’hui ton Oui à une vie de chasteté, de pauvreté et d’obéissance afin de vivre tes vœux en son Cœur Immaculé. Tu t’engages à vivre ce Oui à l’amour de Dieu au sein de la Province de Paris dans une vie fraternelle fondée sur la réconciliation que le Christ nous a obtenue. Tu t’engages à faire corps avec cette cellule d’Eglise dont tu connais les richesses, mais aussi les faiblesses et les limites. La Parole de la Croix s’accomplit à rebours des moyens humains, car sa fécondité est celle de la confiance en la promesse que Dieu nous a faite en son Fils. Tu t’engages à vivre ce Oui à l’amour de Dieu pour le service de l’Eglise, selon la grâce du Carmel, en portant dans la prière l’espérance du salut pour tout homme. Ce salut est l’œuvre de Dieu et de lui seul ; c’est pourquoi la prière est la première mission de l’Eglise. Que cette vie de prière à l’écoute de la Parole te donne d’être uni au Christ pour témoigner par ta vie de l’amour dont Dieu nous aime. Que l’Esprit Saint te fasse ainsi la grâce d’entrer avec Marie dans le mystère de l’obéissance filiale de Jésus à son Père : « Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles. Tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. »


Photos de la profession :

Crédit photo : ©Anne Colin

En savoir plus : quel est le sens de la profession solennelle ?

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.