La marche au Mont Saint Michel août 2020

Témoignage d'un jeune séminariste

Notre pèlerinage vers le Mont Saint-Michel débuta lundi matin. Notre groupe (de vingt personnes), alors presque au complet, s’est retrouvé à la gare Montparnasse avec sacs à dos, tentes et instruments sans oublier la bonne humeur, que nos masques ne pouvaient cacher. Si les jeunes de Vacarme formaient une bonne part du groupe, d’autres curieux, comme moi, se sont laissés attirer par la proposition spirituelle, la marche groupée et bien sûr le Mont Saint-Michel. Pour ces raisons et mes liens avec la spiritualité carmélitaine, j’ai décidé de participer à cette marche pour me remettre davantage en marche vers Dieu!

« Seul, on va vite, mais ensemble on va loin. »

Ce proverbe africain, résonne avec tout ce que nous avons pu vivre pendant cette semaine. De fait, environ cinquante kilomètres séparent le Mont-Saint-Michel de notre point de départ, Granville. «Deux jours de marche suffisent!» diront certains. Mais pour grandir dans l’amour de Dieu et du prochain, force est de constater qu’il faut marcher plus longtemps et consentir à faire des efforts en tous genres.

Aux campings, nos journées commençaient par un temps d’oraison, pour se mettre en présence de Dieu et recevoir de Lui la première nourriture spirituelle de la journée. S’ensuivait le petit-déjeuner et la messe «qui prend son temps» car on prenait un temps de Lectio après l’homélie. Après la journée de marche, nous atterrissions dans un autre camping où nous avions un temps libre, le dîner puis un temps de prière le soir. La fraternité, les rires, et la joie d’avoir passé la journée ensemble étaient au rendez-vous! Cette communion rayonnait et évangélisait tout autour de nous, et chacun de nous s’en est aperçu : une fois, quelqu’un s’est mis à regarder de sa fenêtre de mobile-home la messe, une autre fois un jeune à vélo s’était arrêté tout près de nous pour écouter les chants des complies, un monsieur aussi à vélo s’était arrêté plus loin, une autre fois encore deux personnes se sont invités dans notre cercle pour prier avec nous l’office du milieu du jour. Enfin, par les louanges que nous adressions à Dieu, à plusieurs reprises, des personnes se sont discrètement rapprochées ou arrêtées. Bref, les témoignages ne manquent pas à ce sujet et rendent comptent de cette parole : « Vous êtes la lumière du monde […] que votre lumière brille aux yeux des hommes » (Mt 5, 14-16). C’est pourquoi, alors même que nous cherchions à grandir ensemble dans l’amour de Dieu, cet amour rayonnait déjà autour de nous et en nous….

« Au milieu d’eux, j’habiterai et je marcherai. » (Lv 26, 12)

Cette parole tirée du Lévitique et reprise à plusieurs endroits dans la Bible était bien audible cette semaine-là. Oui, le Seigneur marchait avec nous! Concrètement, nous avions des enseignements – encore merci à frère Jean-Baptiste et David – autour des figures bibliques : Abraham et l’accueil de Dieu dans sa vie, Moïse et la confiance en Dieu, Élie et son courage d’être en marche pour Dieu, David qui reconnaît sa misère et la miséricorde de Dieu puis Joseph, l’époux de Marie, et sa promptitude à écouter et servir Dieu enfin saint Paul et la grâce de la conversion lui permettant de se mettre véritablement en marche vers Dieu : vivre l’Évangile et l’annoncer autour de lui. Donc parallèlement à notre montée vers le sanctuaire Saint-Michel, ces enseignements éclairaient notre montée vers Dieu.

Enfin, la marche donna l’occasion de nous dépenser et pour certains de persévérer courageusement malgré la chaleur accablante, les douleurs aux pieds, les épaules lacérées par les sacs etc.…. Mais dans l’effort, il y a toujours la grâce d’un réconfort qui nous attend : nous avons pu nous poser pour admirer des paysages somptueux, profiter de la mer pour se baigner, ou bien d’une glace que certains attendaient avec impatience!

« Quelle joie quand on m’a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » » (Psaume 121, 1)

Un moment fort, la traversée de la baie à pieds… mais précisons, pas du tout secs! Nous avons parcouru six kilomètres avec un guide qui faisait une lecture spirituelle de notre traversée : si les pieds embourbés de vase symbolisaient le péché, la traversée des eaux qui libérait nos pieds de la vase symbolisait le baptême, la Pâque où Dieu vient dans notre vie pour la renouveler. Enfin, la marche nous a conduit au pied du Mont et de son Église la surplombant tel « un grand ostensoir qui contient celui qui contient tout » (notre guide). Le lendemain, en cette même église, nous avons assisté à la messe dominicale puis achevé notre pèlerinage par un temps de louange en l’église Saint-Pierre.

« Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem »  (Psaume 121, 2)

Notre belle marche s’est conclue à la gare avec cette ouverture: « à bientôt ! » et si aujourd’hui j’espère bien revoir ceux avec qui j’ai marché – car une belle amitié a été créée – j’espère encore plus nous retrouver dans la Jérusalem Céleste, pour rendre grâce à Celui qui nous appelle à vivre en Lui.

Merci à chacun et particulièrement à frère Cyril, frère Jean-Baptiste et David pour cette belle organisation et ce pèlerinage inoubliable.

Albert ZOGO
Séminariste Diocèse de Meaux

Les photos :

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.