Festival carmélitain du 11 au 15 août

À l’école du Carmel et de la petite Thérèse, le Festival Carmélitain a accueilli, à Lisieux, une trentaine de jeunes de 18 à 35 ans, sur le thème « Garder la parole de Jésus, voilà l’unique condition de notre bonheur » (lettre n°165, de Thérèse à sa sœur Céline).

Voici le témoignage de Clément :

« Garder la parole de Jésus, voici l’unique condition de notre bonheur ». Si le thème du festival nous était connu d’avance, ces mots de la petite Thérèse résonnent différemment après ces quatre jours durant lesquels nous avons tenté de mettre nos pas dans ceux de la jeune carmélite, à la suite du Christ. Le Carmel de Lisieux est un lieu porteur, « chargé » comme me le confiait David (ocds) le premier soir.

Mais ce sont surtout des pierres vivantes que nous sommes venus rencontrer à Lisieux. Et elles vibrent. Le plus beau cadeau de ce festival pour nous autres jeunes, fut la découverte des trois branches du Carmel. La joie des trois sœurs carmélites venues pour l’occasion (Sr Marie de Flavignerot, Sr Brume de Saint-Saulve et Sr Anne-Laure de Laval) va droit au cœur, tout comme l’accueil des sœurs de la communauté de Lisieux, avec qui nous avons pu échanger lors d’une récréation. Le carmel c’est aussi les frères carmes. Ceux venus de Paris et ceux du couvent de Lisieux avec qui nous avons partagé un repas en plein air. De beaux échanges en perspective, de beaux visages. Pendant l’heure d’oraison, ils étaient avec nous, tournés vers Dieu, dans le chœur où Thérèse aussi priait en son temps. C’est très beau, cette fidélité à la rencontre avec Dieu. Enfin, qu’aurait été ce Festival sans la troisième branche du carmel, les carmes séculiers (ocds) ? Nous avons pu connaître un peu mieux ces hommes et ces femmes qui cherchent Dieu, dans leur quotidien, au cœur du monde. Et qu’ils rayonnent eux aussi !

Ce trio carmélitain nous a nourri tout au long du festival: offices, topos par un membre des trois branches, temps de frat’s, repas, ateliers, oraison, chorale, temps informels, temps de désert aussi… Nous nous sommes laissés porter par des journées très riches mais pas étouffantes, tout était organisé pour nous et Frère Cyril veillait au grain, tant pour le spirituel que pour les mille aspects matériels sur place ! A travers le thème de la parole de Dieu nous avons pu réfléchir à comment l’enraciner dans notre vie, dans notre propre quotidien. Notre petit groupe d’une trentaine de jeunes était très demandeur et ravi d’être là, avec de belles personnes, de belles rencontres. Un des moments forts fut aussi la première du spectacle musical de Prénom Marlène : à travers plus d’une heure et demi de musiques, chants et textes, Marlène Goulard, jeune artiste chrétienne engagée nous a transmis un part de ce qu’elle vit dans la foi et sa relation à Celui dont elle se sait aimée. Les musiques et la mise en scène étaient superbes, suivies d’un tonnerre d’applaudissements dans la chapelle du Carmel.

Enfin, le mercredi soir, veille de l’Assomption, nous sommes une dizaine à nous être vu imposer le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel lors d’une très belle veillée mariale. « C’est incroyable, de se dire que l’on accueille Marie chez nous » m’a confié Béatrice émue. Le lendemain nous fêtions Notre-Dame à la Basilique de Lisieux avec de nombreux fidèles et Mgr Désiré Tzarahazana, cardinal venu de Madagascar lors d’une messe à la liturgie très déployée. Une belle façon de clore cette aventure, sous le regard de Marie, de Thérèse, de Dieu. On regrettera simplement que ces quatre journées soient passées un peu vite: « la vie n’est qu’un instant »…

 

 


 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.