Pèlerinage Jeunes en Castille (1-10 août)

20. Gloire à Dieu pour ce pélé !Va’carme en marche #3 … Après la Bourgogne en 2013 et la Normandie en 2014, nous avons pris la direction de l’Espagne, en Castille. C’était le moment où jamais de découvrir Avila en cette année du 5° centenaire de la naissance de sainte Thérèse d’Avila (1515-1582). Nous étions une belle équipe de pèlerins lancés sur l’aventure thérésienne entre Burgos, Tolède, Avila, Duruelo et Alba de Tormes ! Avec le récit de Delphine, voici les photos de ce pélé fantastique :

Cette année, Ste Thérèse d’Avila souffle ses 500 bougies. Nous étions une trentaine de jeunes bien décidés à fêter cet évènement dignement ou à l’aider si besoin ! De Burgos à Tolède, nous avons parcouru la Castille sur ses traces et celles de St Jean de La Croix. Arrivés à Tolède, nous arpentons ses ruelles enchevêtrées guidés par frère Tito. Alors que le plan de la ville restera un mystère d’orientation pour la majorité d’entre nous, les talents de conteur du frère Tito nous transportent au XVIème siècle : les objets et les lieux prennent vie, Thérèse et ses contemporains sont comme présents… Notre frère conteur nous mène aussi sur les lieux de captivité de Jean et nous offre une « relique sonore » du saint. Au bord du fleuve, sous un ciel étoilé, il nous lit l’un de ses poèmes, La nuit obscure : la beauté des mots nous élève et nous porte à la prière.

Ensuite, direction Avila. Au cœur des remparts, la rencontre européenne des jeunes attachés à la spiritualité carmélitaine bat son plein ; l’effervescence est palpable et contagieuse. Nous y continuons notre découverte de Thérèse. Visites et topos se répondent : dans les couvents, les nombreuses représentations du Christ à la colonne illustrent à quel point l’humanité du Christ est un point majeur de la spiritualité thérésienne. Terrasses d’Avila, tapas partagés et talents de boute-en-train sont aussi au rendez-vous ! Comment en effet fêter l’anniversaire de Thérèse sans ALEGRIA ?!

Le vendredi, en route pour Duruelo, lieu de la première fondation des carmes déchaux par St Jean de la Croix. En silence, nous rejoignons le couvent à pied, le temps est à la méditation. En nous grandit le désir de désirer Dieu, cher à Thérèse. Cette journée de désert trouve son apogée à Alba de Tormes où elle gît. Au pied de la Madre, nous déposons toutes nos intentions. Dimanche arrive, c’est l’heure des adieux. Cachés dans nos bagages, il y a des mugs Ste Thérèse, de délicieuses pâtes d’amandes espagnoles ou des boules à neige. On y trouve aussi des images et des mots qui nous ont émerveillés, une intimité accrue avec Thérèse et Jean, un enthousiasme spirituel renouvelé.

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.