Retraite Carême 2016 : Se cacher au désert (Semaine 1)

banniere semaine 1Si dans la tradition biblique le désert est synonyme d’épreuve, de mise à l’écart, c’est également un espace donné par Dieu pour une conversion des cœurs à l’écoute de sa Parole. Le Carême a cette particularité d’être à la fois un moment de solitude, où l’on est face à soi-même et un moment de partage spirituel par la prière. Élie et Jésus nous montrent comment « habiter » notre désert, en faisant toute confiance à Dieu pour recevoir de lui la nourriture spirituelle nécessaire à ces 40 jours. Cachons-nous dans le désert de notre cœur et découvrons y la présence de Dieu … Bonne recherche !

Écouter en résumé la dynamique de la semaine (4min20s) :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Cliquez ici pour la version MP3

 

Télécharger le contenu de la semaine  » Se cacher au désert » sous 3 formats au choix:

Pictogramme SmartphonePictogramme OrdinateurPictogramme Texte seul

 

 

 

 

Messages envoyés :

saint jean de la croix
Le Cantique spirituel B de saint Jean de la Croix 

(Strophe 1, trad. traduction par F. Aptel, M.-A. Haussiètre et J.-P. Thibaut) :

Où t’es-tu caché, Bien-Aimé ?

Tu m’as abandonnée dans les gémissements;

comme le cerf tu as fui

m’ayant blessée.

Je sortis à ta poursuite en criant, et tu étais parti.

« Saint Augustin, parlant à Dieu dans les Soliloques, disait : « Je ne te trouvais pas au-dehors, Seigneur, parce qu’au-dehors je te cherchais mal, puisque tu étais au-dedans. » Dieu est donc caché dans l’âme et c’est là que le bon contemplatif doit le chercher avec amour en disant : « Où t’es-tu caché ? »

Ô âme, la plus belle d’entre toutes les créatures, toi qui désires tant connaître le lieu où se trouve ton Bien-Aimé pour l’y chercher et t’unir à lui, voilà qu’on te dit que tu es toi-même la demeure où il habite, la retraite et le lieu secret où il est caché ; c’est un sujet de grand contentement et de grande joie pour toi de voir que celui qui est ton bien et ton espérance est si près de toi qu’il est en toi ou, pour mieux dire, que tu ne peux exister sans lui. Voici – dit l’Époux – que le royaume de Dieu est au-dedans de vous (Lc 17,21), et l’apôtre saint Paul, son serviteur, dit : Vous êtes temple de Dieu (2Co 6,16).

C’est pour l’âme une grande satisfaction de comprendre que Dieu ne s’éloigne jamais de l’âme, même si elle est en péché mortel, à combien plus forte raison si elle est en grâce.

Que peux-tu vouloir de plus, ô âme, et que cherches-tu de plus en dehors de toi, alors qu’au-dedans de toi tu as tes richesse, tes délices, ta satisfaction, ton rassasiement et ton royaume, c’est-à-dire ton Bien-Aimé que désire et recherche ton âme ? Puisque tu le possèdes si proche, réjouis-toi et sois dans l’allégresse avec lui en ton recueillement intérieur ; désire-le là, adore-le là et ne vas pas le chercher loin de toi car tu te distrairais et tu te fatiguerais et tu ne le trouverais ni n’en jouirais plus sûrement, ni plus rapidement, ni plus intimement qu’en toi-même. Il y a seulement une difficulté, c’est que, bien qu’il soit en toi, il est caché. Mais c’est une grande chose que de connaître le lieu où il est caché, pour le chercher avec certitude. Et c’est ce que toi aussi tu demandes ici quand tu dis, avec l’attachement de l’amour : « Où t’es-tu caché ? » »

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.