Nouvelles d’Irak (octobre 2014)

Famille réfugiéeVoici les dernières nouvelles de frère Ghadir reçues par notre Provincial au mois d’octobre et des photos qui les illustrent :

Que la Joie et la Paix de Notre Seigneur soit avec toi !

Je suis au Kurdistan (entre Arbil et Duhok) depuis 10 jours environ et j’ai enfin réussi à obtenir un billet d’avion pour Bagdad. Il faut attendre 5 à 6 heures avant de parvenir au guichet et on te dit : « venez-demain ! » La route en voiture entre Arbil et Bagdad est ouverte mais reste très dangereuse même s’il y a beaucoup de monde qui l’utilise tous les jours ; quant à moi,  je ne veux pas prendre le risque.

La situation du pays se dégrade malgré la coalition de plus 50 pays avec l’Iraq contre ÉIIL. C’est très curieux, car malgré les soutiens internationaux que les médias nous montrent, l’ÉIIL avance effectivement sur le terrain vers Bagdad vers le nord et en Syrie aussi ! La situation est beaucoup plus compliquée qu’on le croyait. Les problèmes ne seront pas résolus prochainement malheureusement. Il y a surement d’autres coalitions et intensions secrètes des pays engagés, qui font que les choses ne marchent pas comme on l’attend !

Pour cela, les Chrétiens continuent à quitter le pays à une vitesse dépassant tout ce qu’on pensait. Le nombre des chrétiens qui quittent le pays, que des prêtres amis me donnent (d’après les demandes de papiers de Baptême dans leurs églises nécessaires pour les demandes d’immigration par l’ONU sont terrifiants! Ceci dit, les chiffres exacts sont encore plus grands. L’immigration des chrétiens a un effet psychologique très fort sur ceux qui restent et les pousse malgré eux à décider, eux aussi, à quitter. Quand toute ta famille quitte le pays, tu commences à réfléchir sérieusement toi aussi à partir car ici les liens familiaux sont très forts comme tout le monde le sait. Cela crée en plus une ambiance de tristesse et dépression générale que je sens chez la plus part des chrétiens que je rencontre tous les jours, et que j’essaye moi-même de combattre. Cela affecte bien entendu tous nos projets et notre apostolat et nous empêche de programmer quoi que ce soit pour l’avenir.

Quand je parle des chrétiens qui quittent le pays, je ne pense pas seulement aux chrétiens de Mossoul et des villages chrétiens d’alentour, car pour ceux-là, quitter le pays est la seule solution qu’ils ont devant eux maintenant. Au départ, ils pensaient retourner dans leurs villes ou villages très rapidement, surtout après les interventions des américains, mais maintenant, on parle d’une situation qui va durer des mois ou même des années ! L’hiver va arriver prochainement, et les difficultés augmentent : les problèmes des écoles pour les immigrés, surtout que les évènements ont eu lieu pendant les examens finals des écoles et universités, comment et où les étudiants réfugiés vont-ils être classés ? Le froid, le travail, les difficultés de vie, etc. Je disais donc que pour ces chrétiens il est normal qu’ils pensent à quitter le pays, mais je parlais des chrétiens du Kurdistan, qui sont bien installés et n’ont pas vraiment de problèmes comme les autres, et aussi des chrétiens de Bagdad bien entendu. Même ceux-là quittent le pays ou se préparent à le faire. Ceci est le plus grand enjeu qui nous oppose aujourd’hui et la cause d’un plus grand chagrin dans les cœurs de tous les chrétiens ici et même des musulmans amis. Beaucoup parmi les immigrés expriment d’une manière extrêmement touchante, sur Facebook par exemple, leur douleur et leur grande tristesse d’être obligés de quitter le pays. C’est très affligeant.

Et moi dans tout cela ? J’essaie en effet, avec la force que les messes et l’oraison quotidiennes me donnent, de soutenir les gens que je rencontre. J’essaye de les écouter, porter avec eux leurs misères. J’essaie aussi de soutenir et encourager les quelques personnes qui m’aident dans mes différents apostolats ou projets pour les réfugiés par exemple, car ces gens-là sont touchés eux aussi par les difficultés du pays et pensent tous à immigrer et partir n’importe où ailleurs. Dans ces deux dernières semaines, j’ai perdu le soutien de 3 personnes sur lesquelles je comptais beaucoup dans mon travail, et il y en a d’autres qui attendent leurs visas d’immigration prochainement. J’essaie aussi de continuer mon travail avec tous les groupes habituels, malgré les difficultés énormes de différentes sortes qui se posent à nous depuis les derniers évènements de l’EIIL.

Nous nous confrontons à d’autres difficultés que nous ne connaissions pas auparavant. Par exemple, nous entendons de plus en plus de propos agressifs de la part des musulmans (même voisins !) comme : « vous êtes toujours là ? Ce n’est plus votre pays… partez… Et nous prendrons vos maisons et vos bien » ! Ces agressivités ont poussé pas mal de chrétiens que je connaissais à décider à quitter définitivement le pays.

Je continue à compter sur la prière de mes frères de la province et aussi sur celles de nos sœurs carmélites et toute la famille du carmel. Je rends grâce à Dieu pour tout cela et pour tous les soutiens spirituels et matériels pour les pauvres iraquiens. L’avenir de l’Iraq est sombre sans doute, mais mon espérance en Dieu est inébranlable. Je viens de célébrer la messe et rends grâce à Dieu de tout cœur pour toute la force qu’il me donne, et je redis avec St. Paul : « Je peux tout en celui qui me fortifie » ! Je te remercie pour ton soutien fraternel.

En union de prière. Fr. Ghadir ocd

Photos de distribution de vivres aux réfugiés :

Cela n’a pas empêché que la vie continue : la fête de sainte Thérèse d’Avila, et l’entrée dans le 5° centenaire de sa naissance ont été célébrées de manière solennelle et avec une église remplie, ce qui est de plus en plus rare. Fr. Ghadir a également donné aux membres laïcs du Carmel (OCDS) une journée de récollection :

Continuons de prier pour nos frères et sœurs d’Irak.

Pour ceux qui veulent nous aider financièrement, voici l’adresse de notre Procure des Missions au profit de l’Irak :

Procure des Missions Carmélitaines
Couvent des Carmes
1 rue Père Jacques
77210 AVON

IBAN : FR76 3000 3033 2700 0506 2176 344
BIC : SOGEFRPP
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.