Inauguration du cloître de la miséricorde à Lisieux

01. En présence de deux évêques !Le 1er octobre 2015, en présence de Mgr Jean Sleiman, archevêque de Bagdad des Latins, du Maire de Lisieux et de nombreuses personnes, Mgr Jean-Claude Boulanger a inauguré et béni un nouveau lieu dans le sanctuaire de Lisieux, le cloître de la miséricorde. Le Père Olivier Ruffray, recteur a présenté la genèse du projet, puis notre frère Didier-Marie Golay (couvent de Lisieux) et Fleur Nabert-Valjavec, sculpteur, ont présenté leur œuvre. Voilà ce qu’ils en disent :

Dans ce cloître de la miséricorde, nous proposons aux pèlerins, aux visiteurs, un parcours, un cheminement. Dès avant l’entrée, nous sommes accueillis par une parole de Thérèse : « Avec quelle reconnaissance, je chante les miséricordes de Dieu ». Puis en entrant, Thérèse Martin, Henri Pranzini et surtout, Jésus, le Verbe de Dieu nous accueillent. Nous percevons déjà que la déambulation qui nous est proposée dans ce cloître n’est pas seulement physique, elle est surtout intérieure.

Nous allons d’abord parcourir les Écritures, Ancien et Nouveau Testament, Première et Nouvelle Alliance. Des paroles de Thérèse en souligneront l’écho dans son âme et dans son cœur. Nous parcourrons ensuite quelques pages d’Histoire d’une âme, où Thérèse évoque de manière concentrée trois moments importants : la « grâce de Noël » (1886), l’épisode de l’image sortant de son missel et l’affaire Pranzini.

Tout au long de ce parcours, de ce cheminement, nous serons sollicités, impliqués, une interaction se produira entre nous et la scénographie. Nous nous laisserons façonner par les mains créatrices de Dieu… Mais pour cela il nous faudra nous abaisser, nous faire petit… En contemplant l’enfant Jésus, lumière venue dans le monde, nous serons enveloppés de clarté… Nous plongerons dans l’horreur du triple assassinat de la rue Montaigne à Paris… et nous éprouverons la libération et la force de la prière. Avec Thérèse nous serons invités à espérer en la miséricorde infinie de Jésus. Les portes s’ouvriront alors sur un espace méditatif pour poursuivre l’aventure intérieure.

Lors du pèlerinage de la famille du Carmel à Lisieux, les 120 pèlerins ont pu prendre le temps de découvrir ce nouvel espace.

L’artiste Fleur Nabert présente la symbolique de l’espace final de méditation :


À Lisieux, le cloître de la Miséricorde décrypté par OuestFranceFR

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.